Les Trésors du Vaudou à la Fondation Cartier

Publié le par La Parigina

 

http://images.instagram.com/media/2011/07/12/afaf3a8d81994cee89c0b4cdbc3d9417_7.jpg

 

La Fondation Cartier pour l'art contemporain accueille une exposition très originale et intrigante, les Trésors du Vaudou! Je n'aurais jamais pensé y aller jusqu'à ce que notre compère d'expos avec Iza (SEC) nous le suggère et que Mylène d'In&Out nous le conseille! Ajoutons à ça que la Fondation a invité TOUS ses fans Facebook toute une journée, il ne nous en fallait pas plus pour nous retrouver boulevard Raspail, un mardi pluvieux de juillet!

 

Les objets présentés ont été précieusement collectés par Jacques Kerchache, un explorateur spécialiste des arts premiers (ou traditionnels) et passionné par l'Afrique. Il était à l'initiative du Musée de l'Homme, des civilisations et de l'art (musée du Quai Branly). Il a découvert les pratiques vaudou au Bénin qui en est le berceau et préparait une collaboration avec la Fondation Cartier. Malheureusement, suite à son décès en 2001, le projet est reporté et 10 ans après, c'est Enzo Mari qui met en scène l'exposition voulue par Jacques Kerchache.

 

http://desmond.yfrog.com/Himg739/scaled.php?tn=0&server=739&filename=9yqoy.jpg&xsize=640&ysize=640

 

L'exposition est divisée en un 3 espaces, sous la forme d'un parcours de découverte. Le premier est consacré à ce qui est visible à tous, les statues gardiennes des maisons du village (photo ci-dessus) qui empêchent les mauvais esprits d'entrer dans les foyers.

 

Puis nous descendons au niveau inférieur où, dans une première pièce, sont exposées 48 statuettes, parmi celles que l'on trouve généralement à l'intérieur des maisons. Aucune inscription sur les colonnes, il faut bien lire le petit livret (qui est donné à l'entrée!), ou faire une visite guidée, afin de comprendre ce que représente chacune des "poupées"! Il faut laisser aussi libre cours à son imagination (c'est ce qu'aimait faire Jacques Kerchache) et avec mon partenaire d'expo, on s'en est donné à coeur joie! Essayer de comprendre et d'interpréter les petits détails de chaque statuette est très enrichissant, parfois complètement faux, mais lucratif quand même! Ces statuettes servaient principalement à la guérison et à la protection contre le mauvais sort mais pouvaient également être utilisées afin de jeter un sortilège. Elles sont faites dans plusieurs matériaux tels que bois, corde, métal, plume, paille, tissu, os, crânes d'animaux, argile, bronze, cadenas, verre...

 

L'expo s'achève sur une dernière petite pièce symbolisant la mort.

 

Au rez-de-chaussée se trouve une salle rassemblant la documentation accumulée par Jacques Kerchache, des photos, des lettres... Un film où l'explorateur raconte son expérience dans ce milieu est diffusé.

 

Jusqu'au 25 septembre 2011 à la Fondation Cartier pour l'art contemporain

261 boulevard Raspail

75014 Paris

 

 

Publié dans Expos

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article